Le caillou [poème]

L

Cet article a été lu par 329 personnes

Immobile et gisant sur un lit de semblables
Un caillou anonyme attirait mon regard.
Sa robe grise était fendue d’un agréable
Fleuve de nacre étincelant, presque criard.

Ce cadavre de lave avalait les saisons,
Se jouait des complaintes, des étreintes, des passions
Des hommes qui jonglaient de son corps à foison,
Faisant glisser son ventre sur l’eau la fluxion.

Je dominais à mon tour, furieusement en vie,
Cet orphelin de mer, arrogant à l’envi,
Qui, me laissant jouir de cette brève embellie,
toisera, vivement, nos corps ensevelis.

Grégory Roose. 2 mai 2020. 0h50.

caillou-poeme-poesie-temps-qui-passe-futilité-brievete-de-la-vie-immortalite-pierre-roche-gregory-roose-baudelaire-maupassant

Je m'inscris à la newsletter !

Publications, exclusivités, événements à venir, bonus, dédicaces... Recevez toutes mes actualités en vous inscrivant à la lettre de diffusion.

A propos de l'auteur

Grégory Roose

Écrivain et éditorialiste. J'écris des nouvelles et des récits courts. Mes livres sont disponibles ici

ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Nouveautés LIVRES

Restons en contact

Pour rester informé de mes nouvelles publications ou me contacter directement, abonnez-vous à mes réseaux !

Je m'inscris à la newsletter !

Publications, exclusivités, événements à venir, bonus, dédicaces... Recevez toutes mes actualités en vous inscrivant à la lettre de diffusion.

Je m'inscris à la newsletter !

Publications, exclusivités, événements à venir, bonus, dédicaces... Recevez toutes mes actualités en vous inscrivant à la lettre de diffusion.