Partagez !

Face à la multiplication des agressions de Français par des délinquants allogènes, le temps de la reconquête est venu, alors que la réaction des Français devant la succession de massacres se fait attendre.

Les Français ont subi trop d’attaques ethniques sur la terre de leurs ancêtres, de sang ou d’esprit. À cette violence désormais quotidienne, assénée par une délinquance et une criminalité éminemment allogènes, s’ajoute une autre violence, celle du déni systématique de leur souffrance. Ces dernières semaines, les attaques envers les Français de souche se sont accélérées, sans émouvoir les médias, qui ont massivement soutenu la supercherie mémorielle du clan Traoré et qui érigent à tort Adama Traoré en victime béatifiable, mais sont restés mutiques devant le meurtre sauvage d’Axelle Dorier à Lyon à la suite d’un rodéo de “jeunes”. Ces mêmes médias ont volontairement dissimulé le nom de ses assaillants: Youcef T. et Mohamed Y.

Dans l’esprit des négationnistes de l’abject, il n’existe aucun lien entre immigration, islam et attaques meurtrières sur des Français autochtones, ou qui en ont l’apparence physique. Pourtant, le fait ethnique ou religieux est central dans la motivation de ces attentats qui devraient être qualifiés d’anti-Français, à l’instar des problèmes de toute nature rencontrés par des personnes assimilées aux “minorités visibles” dont la presse avance presque systématiquement que leur motivation est raciste.

La France subit un nombre croissant d’attaques ethniques maquillées en faits divers qui n’en sont pas.

Quand un Français subit une agression par une bande de jeunes Maghrébins ou Subsahariens, qualifiés pudiquement de “jeunes” par la presse officielle, ou qu’une Française est agressée sexuellement par des assaillants du même profil, l’omerta de la caste politico-médiatique est totale. Toute observation qui la briserait serait immédiatement frappée, par les idéologues progressistes enivrés par les chimères d’un vivre-ensemble qui n’existe pas, du sceau de la honte, de la haine, de la xénophobie, du racisme. Ainsi, les individus immigrés ou d’origine immigrée qui assassinent les Français seraient bien moins monstrueux que les voix téméraires qui dénoncent leurs forfaits. Les moralisateurs en chef poussent des cris d’orfraie à la vue d’une affichette opposée à l’immigration massive, mais se taisent lâchement quand un chauffeur de bus, Philippe Monguillot, est massacré par une meute dont l’un des membres est en situation irrégulière sur le territoire français.

La France subit un nombre croissant d’attaques ethniques maquillées en faits divers qui n’en sont pas. Ce sont

Lire la suite sur Valeurs actuelles