Partagez !

Emmanuel Macron est revenu sur ce qui avait pris la forme d’un engagement, celui de renoncer à miner nos campagnes de ces disgracieux moulins à subvention. Je reviens sur cette décision assez peu écologique du Gouvernement dans mon dernier article sur VA.

Emmanuel Macron a eu raison de souligner que les Français rechignent à cohabiter avec ces totems de l’idéologie antinucléaire qui se répandent dans nos campagnes en dépit de toute logique environnementale ou économique. Chaque nouveau projet de parc éolien apporte son lot de manifestations ou de recours devant le juge, eu égard à leur impact sur l’environnement et les paysages. Pourtant, le président de la République vient de faire volte-face. En janvier dernier, à l’occasion d’une table ronde sur le thème de « l’écologie dans nos territoires » organisée à Pau, il déclarait que « la capacité à développer massivement l’éolien [était] réduite » et que « de plus en plus de gens ne veulent plus voir d’éolien près de chez eux, considèrent que leur paysage est dégradé ».

Pour les construire, près de 18 millions de tonnes de béton seront déversées sur les terres agricoles ou forestières

Cet éclair de lucidité n’aura duré que le temps d’un discours. Par décret du 21 avril 2020, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) a été adoptée et prévoit d’augmenter de 150% le nombre d’éoliennes en France par rapport à celle déjà installées, ce qui représente 12.000 éoliennes supplémentaires d’ici huit ans. Pour les construire, près de 18 millions de tonnes de béton seront déversées sur les terres agricoles ou forestières, les rendant définitivement inexploitables, sans compter que le parc éolien français de la première génération arrivera bientôt en fin de vie et qu’il faudra le remplacer pour atteindre l’objectif des 20 000 éoliennes à l’échéance 2028. Sauf à inventer un moyen pour les recycler, les pales d’éoliennes devront être enfouies. En Allemagne, plus d’un quart de la production éolienne terrestre va disparaître d’ici 2023, faute de financement public qui en assure la rentabilité, provoquant un véritable casse-tête pour recycler les dizaines de milliers de tonnes de pales. La France connaîtra la même situation sous peu : 1 500 éoliennes devront être démantelées dans les cinq ans à venir.

L’éolienne, un problème pour l’environnement et les paysages

Le secteur éolien fournit 4,5% de la production d’électricité nationale contre 72 % pour l’énergie nucléaire. Pourtant,…lire la suite sur Valeurs actuelles.