LE RACISME ANTI-BLANC PROVOQUE LA FAMINE AU ZIMBABWE

L

Cet article a été lu par 623 personnes

« Le seul homme Blanc que vous pouvez croire est l’homme blanc mort »

Robert Mugabe, Président du Zimbabwe

L’histoire récente nous éclaire ce qui pourrait advenir dans les prochaines années pour les Blancs. En 2000, la réforme agraire au Zimbabwe provoque l’expropriation de la plupart des fermiers blancs, dont plusieurs sont assassinés. Le nombre de fermiers blancs a donc brusquement diminué, passant de 4500 en 1999 à moins de 300 en 2002 (-93%), ce qui a eu des conséquences économiques majeures.

Selon le Programme alimentaire mondial des Nations Unies, la production de maïs a chuté de 70% en 2001 par rapport à l’année précédente. C’est la famine dans le pays. En 2008, il ne restait plus qu’une poignée de fermiers blancs : leur nombre passe ainsi de 250 000 en 1980 à 40 000 en 2015, avec moins de 200 propriétaires terriens.

Alors que les Blancs assuraient 80 % du revenu national, cette politique agraire anti-blanc provoque la famine dans l’ancien grenier à maïs de l’Afrique. D’exportateur, le pays devient importateur. En 2016, constatant la répercussion néfaste de ses mesures sur la production agricole, Robert Mugabe appelle au retour au pays des fermiers blancs contraints à l’exil.

La femme d’un fermier Blanc au Zimbabwe réconforte ses filles face à une foule Noire menaçante

A propos de l'auteur

Grégory Roose

Écrivain et éditorialiste. J'écris des nouvelles et des récits courts. Mes livres sont disponibles ici

commentaire

Laisser un commentaire

par Grégory Roose

Nouveautés LIVRES

Restons en contact

Pour rester informé de mes nouvelles publications ou me contacter directement, abonnez-vous à mes réseaux !

Je m'inscris à la newsletter !

Publications, exclusivités, événements à venir, bonus, dédicaces... Recevez toutes mes actualités en vous inscrivant à la lettre de diffusion.

Je m'inscris à la newsletter !

Publications, exclusivités, événements à venir, bonus, dédicaces... Recevez toutes mes actualités en vous inscrivant à la lettre de diffusion.