gregory-roose-ecrivain-salon-du-livre-de-peyroules-alpes-haute-provence-2022

Le syndrome du marchand de foire

J’ai vécu, hier, ma première rencontre littéraire en tant qu’écrivain. La journée était organisée par l’une de ces courageuses associations bénévoles qui permettent de maintenir la vie et les divertissements dans nos villages reculés. Je me retrouvais donc à Peyroules, dans le Verdon, en ce dimanche 7 août 2022. La dernière fois que je me …

train-de-nuit-et-autres-nouvelles-gregory-roose-livre-recueil

SORTIE LIVRE : Train de nuit, premier recueil de nouvelles de Grégory Roose.

Grégory Roose réveille les morts ! Sous sa plume, les macchabées s’attablent autour d’un pot-au-feu, voyagent en train-couchette et écrivent des lettres de suicide. Ceci dans une ambiance de fête de village où l’on ne s’ennuie pas une seconde. Car à ces pâques peu communes se mêle une farandole de vivants hauts en couleur : des artistocrates …

Cent seize inactions pour faire bouger Digne-les-Bains. A paraître en septembre 2022 aux éditions Ad Gloriam

LIVRE : Cent seize inactions pour faire bouger Digne-les-Bains

A paraître en septembre 2022 aux éditions Ad Gloriam. L’écriture offre des libertés auxquelles le décideur public goûte rarement, soit par manque de moyens de toute nature, soit par manque d’ambition pour autrui. Primum non nocere. D’abord, ne pas nuire. Serait-on tenté d’y ajouter « à soi-même ». Telle pourrait être la devise de l’Homo Politicus, d’abord …

viens-avec-moi-lumiere-poeme-poesie-litterature-gregory-roose-courte

Dans la lumière

Viens avec moi, dans la lumière, là où les mots brûlent et le destin s’effondre. Libère-toi de ce masque qui t’étouffe, te contraint et t’étreint. Tu te meurs, là-bas, de ces noires certitudes qui oppriment ta raison. Leur Vérité est un leurre dont tu refuses le joug qui pourtant te soumet. Viens avec moi, dans la …

La galerie des Oubliés

J’ai toujours aimé les brocantes, me perdre dans ces cimetières des souvenirs orphelins. J’y vis un jour un spectacle désolant. Une dizaine de vieux portaits, tout en nuances de gris, disparaissaient sous le poids de quelques revues modernes. Je leur donnais un peu d’air. Une dame coiffée me sourit. Puis, ce fut au tour un …