C’est une étude qui confirme malheureusement un ressenti répandu et sur la perte d’attractivité de la France en tant que nation. Si être Français était jadis une fierté pour les candidats à la naturalisation, c’est devenu une simple formalité administrative. Selon les seuls chiffres disponibles, dévoilés en 2013 par le ministère de l’Intérieur, seuls 10,48% des étrangers ayant obtenu la nationalité française ont déclaré leur « intention de non-conservation de la nationalité précédente ». En d’autres termes, plus de 9 naturalisés sur 10 ne souhaitent pas devenir pleinement Français.

Comme l’illustre la carte, il semble exister quelques disparités de comportement en fonction des pays d’origine, bien que l’absence de données sur plusieurs années ne permette pas d’en tirer des constantes ni des conclusions générales. Il peut cependant être tirés quelques enseignements de l’analyse de ces documents.

Parmi les individus qui sont les plus enclins à abandonner leur précédente nationalité, nous retrouvons les Asiatiques et les ressortissants de pays en guerre ou soumis à un régime dictatorial comme la Chine, la Somalie ou le Liberia.

Près de 70 % des naturalisés sont originaires du continent africain

100 % des ressortissants de 67 pays n’envisagent pas de renoncer à leur ancienne nationalité. Les ressortissants de tout le continent américain montrent une très forte résistance à l’abandon de leur nationalité d’origine, ce phénomène étant également très fort pour les double-nationaux provenant de l’union européenne et de certaines région d’Afrique.

Enfin, seuls 1,54 % des 10 915 Maghrébins (Algérie, Maroc, Tunisie) ayant obtenu la nationalité française par acquisitions en 2013 se sont déclarés prêt à renoncer à leur autre nationalité, ce qui représente un très faible taux d’assimilation de ces populations majoritairement musulmanes.

Autre donnée intéressante, 7 pays africains se trouvent dans le top 10 du nombre de personnes naturalisées en 2013, contre un seul pays européen, le Portugal. Sans surprise, le top 3 est occupé par les pays du Maghreb qui représentent à eux seul 17% des naturalisations. Enfin, si près de 70 % des naturalisés sont originaires du continent africain, il convient de noter le taux relativement élevé de volonté d’assimilation des ressortissants du Cameroun (42,46%) et du Congo (30,38%).

volonté-assimilation-top-10-pays-par-importance