De la régularité

D

Cet article a été lu par 180 personnes

Je suis très admiratif de ces acharnés de la plume qui, des années durant, s’infligent cet exercice aussi grisant que pénible consistant à écrire chaque jour une entrée dans leur journal.

Quand j’ai découvert Renaud Camus, j’ai d’abord pris connaissance de son ouvrage internationalement méconnu, le Grand Remplacement, dont l’axiome se répand aussi assurément que son livre demeure peu vendu. Il y a certainement matière à étudier, dans les écoles de marketing, ce contre-exemple manifeste à la théorie de Granovetter. J’ai ensuite eu connaissance de son journal dont les entrées quotidiennes sont des petits en-cas de littérature que l’on prend plaisir à déguster chaque jour. J’ai d’ailleurs décidé de m’y abonner récemment. Ma surprise a été totale quand j’ai compris que ce journal était tenu presque sans interruptions depuis les années 1980, si l’on ignore certains épisodes malheureux dont l’affaire Camus qui a beaucoup affecté l’auteur. Le journal paru en 2000, Corbeaux, ne contient que quatre mois d’entrées, quatre mois marqués par la campagne médiatique d’exclusion de l’auteur hors de la scène publique. Sa diabolisation semble avoir commencé il y a vingt ans, déjà.

J’ai déjà tenu un journal, mais je ne l’ouvrais pour ainsi dire que lors de mes voyages en solitaire dans les années 2000, en autocar ou en train, vers les pays de l’Europe de l’Est. J’ai retrouvé la plupart de ces journaux manuscrits, tous inachevés, et songe à les éditer, un jour, peut-être. Mais depuis quelque temps, je suis pris de l’envie d’écrire chaque jour quelques mots dans ce journal en ligne, au gré de mes envies et de l’actualité. Exercice difficile et peut-être vain, mais nécessaire ne serait-ce que pour m’infliger la régularité indispensable à l’exercice d’écriture.

Je ne me promets rien, mais tâcherai d’écrire chaque jour dans ce journal en ligne pour y déposer ma vision du monde, le mien en premier lieu et celui que nous partageons tous sans en maîtriser un seul des rouages.

A propos de l'auteur

Grégory Roose

Écrivain et éditorialiste. J'écris aussi des nouvelles pour la Furia, des éditos pour Valeurs actuelles et des analyses pour Livre noir.
Retrouvez tous mes livres aux éditions La Nouvelle librairie et Ad
Gloriam
. Vidéo quotidienne sur Youtube.

commentaires

Laisser un commentaire

  • J'aime 7
    Je n'aime pas 3

    Autant je prends un très grand plaisir à vous lire , autant j’ai beaucoup de mal avec Renaud Camus . Je l’ai connu par Twitter et je suis allée il y a quelques années à une de ses conférences qui m’a beaucoup plu. Toutefois je pense que c’est un homme imbu de sa personne qui ne pardonne rien. Je me suis disputé avec lui sur Twitter. Je pense que les relations humaines sont importantes.

  • J'aime 7
    Je n'aime pas 1

    Réponse à Daniele Godé : Renaud Camus a une façon de parler qui pourrait faire penser qu’il est imbu de sa personne, mais les contacts épistolaires que j’ai pu avoir avec lui démentent cette impression et, si on lit ses journaux, ce que je fais depuis 2000 avec régal, cela est évident.

par Grégory Roose

Grégory Roose

Écrivain et éditorialiste. J'écris aussi des nouvelles pour la Furia, des éditos pour Valeurs actuelles et des analyses pour Livre noir.
Retrouvez tous mes livres aux éditions La Nouvelle librairie et Ad
Gloriam
. Vidéo quotidienne sur Youtube.

Restons en contact

Pour rester informé de mes nouvelles publications ou me contacter directement, abonnez-vous à mes réseaux !

gregory roose ecrivain lot de livres acheter directement promotion soldes