La France a interdit les pesticides nocifs pour les abeilles

L

Cet article a été lu par 127 personnes

france-abeille-interdiction-neocotinoides-adoxa

L’interdiction de l’utilisation de pesticides contenant des néonicotinoïdes est entrée en vigueur ce samedi en France, qui avec cette mesure espère protéger les colonies d’abeilles, endommagées par l’utilisation de ces produits chimiques. 

Dans une déclaration conjointe du ministère de l’agriculture et de l’alimentation, de la santé et du secrétaire d’État au ministère de la transition écologique, le gouvernement a détaillé l’interdiction de cinq insecticides ayant des effets nocifs sur l’environnement et, en particulier, sur les pollinisateurs. « Ces interdictions sont essentielles pour lutter contre le déclin massif des colonies d’abeilles et des pollinisateurs sauvages », a indiqué le communiqué.

Plus précisément, l’utilisation de l’imidaclopride, de la clothianidine, du thiaméthoxame, de l’acétamipride et du thiaclopride a été interdite; l’utilisation des trois premiers était déjà limitée par l’ Union européenne. Les néonicotinoïdes sont une famille de substances utilisées dans les insecticides qui agissent sur le système nerveux central des insectes et, rien qu’en France, sont responsables de la mort de 300 000 colonies d’abeilles chaque année. La mort de ces colonies affecte l’industrie apicole autant que la nature elle-même puisque le rôle pollinisateur des abeilles est vital pour les écosystèmes et la production alimentaire.

A propos de l'auteur

aurora.info

ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Nouveautés LIVRES

Restons en contact

Pour rester informé de mes nouvelles publications ou me contacter directement, abonnez-vous à mes réseaux !

Je m'inscris à la newsletter !

Publications, exclusivités, événements à venir, bonus, dédicaces... Recevez toutes mes actualités en vous inscrivant à la lettre de diffusion.

Je m'inscris à la newsletter !

Publications, exclusivités, événements à venir, bonus, dédicaces... Recevez toutes mes actualités en vous inscrivant à la lettre de diffusion.