Nova Gallia, la fondation à 80 millions d’euros pour lutter contre le Grand Remplacement

Imaginez. Une partie des 11 millions de Français qui ont voté pour un candidat patriote à l’élection présidentielle de 2022 acceptent de financer la fondation Nova Gallia, destinée à nous protéger du Grand Remplacement…

Imaginez. Un financement presque indolore puisqu’il représenterait 0,5 % du revenu mensuel net (défiscalisable à hauteur de 66% pour le donateur), soit deux à trois euros par mois pour quelqu’un qui touche le SMIC. Si 10 % de ces électeurs se mobilisaient, cela fournirait à la fondation au minimum 80 millions d’euros de budget pour sa première année de fonctionnement. A titre de comparaison, le budget de la fondation de Georges Soros, Open Society, dont l’objet clairement identifié est de détruire les fondements traditionnels des sociétés européennes en finançant le wokisme, le progressisme et le communautarisme et l’immigration en Europe, était de 93 millions d’euros en 2020. Imaginez la force de frappe d’une telle fondation ! Nous jouerions quasiment à armes égales.

Tout ceci n’est qu’un doux rêve à ce stade, mais les choses s’accélèrent. Emmanuel Macron a annoncé un projet de loi pour 2023 qui permettra « une meilleure répartition des étrangers accueillis sur le territoire, notamment dans les espaces ruraux, qui eux sont en train de perdre de la population». Il faut donc se mobiliser. Vite. Très vite.

La France que nous avons aimée et connue est morte. Nous devons en faire le deuil. Cette France est morte, mais peut renaître sur les bases saines que nous ont léguées nos aïeux. Cette France est morte, mais nous sommes les héritiers de son histoire, de sa langue, de sa culture, de ses traditions, nous sommes les gardiens de son patrimoine, de ses paysages, de son art de vivre. Cette France est morte, mais il ne tient qu’à nous de la faire revivre telle une Nouvelle-France dans son berceau géographique et historique. Pour que vive la Nouvelle-France, nous devons créer la Fondation Nova Gallia.

Grégory Roose

Imaginez. Cette fondation, indépendante de toute formation politique, aurait pour objet de mener des combats judiciaires, médiatiques, culturels et présentiels pour s’opposer, dans le respect des lois, aux tentatives de Grand Remplacement partout où elles opèrent. Partout et sous toutes ses formes, comme à Callac (Bretagne) où c’est précisément une fondation qui souhaite financer un repeuplement des petites villes et villages par l’immigration africaine. D’autres missions peuvent-être imaginées pour lutter contre le Grand et Petit Remplacements, directement ou indirectement, sous forme de subventions, permettant par exemple :

– des coups d’éclat médiatiques pour sensibiliser l’opinion sur des actualités camouflées par les grands médias ;

– des actions juridiques pour défendre les victimes des lois réduisant notre liberté d’expression ;

– des soutiens financiers pour soutenir les victimes directes ou indirectes du Grand Remplacement ;

– des réunions publiques, une présence physique et un soutien financier partout où des moyens sont nécessaires pour lutter contre le Grand Remplacement à l’œuvre ;

– de financer la création d’écoles primaires, secondaires et supérieures sous contrat permettant de dispenser un enseignement de qualité, sain, non-politisé, basé sur l’apprentissage des matières essentielles ;

– de financer toute action, associative, entrepreneuriale, politique ou individuelle, permettant de lutter contre les Grand et Petit Remplacements ;

– de faire du lobbying auprès des personnalités médiatiques et politiques afin qu’elles prennent positions, alertent et s’engagent contre le Grand Remplacement ;

– la publication de livres pédagogiques, manuels scolaires de grande qualité et purgés de toute l’idéologie progressiste ;

– la production de films mettant en valeur notre culture et nos traditions, expurgé de toute idéologie woke, communautariste, gauchiste ;

– le repeuplement de nos villages désertés par des Français de souche, essentiellement, et assimilés ;

– la valorisation de l’art et de l’artisanat de qualité, enraciné et traditionnel ;

– etc.

Imaginez. Cette fondation pourrait employer des salariés dans divers domaines de compétence (médias, publicité, édition, réalisation, juridique, sécurité, accompagnement de projet, santé), des responsables et équipes départementales pour agir au plus près du terrain et confierait une partie de ses fonds propre à son équipe de traders chargée de les faire fructifier sur les marchés financiers (CFD, Forex, Crypto actifs, etc.) Nous devons utiliser les mêmes armes que nos adversaires. Sans argent, nous perdrons le combat culturel et civilisationnel. Les Français effectuent chaque année près de 5 milliards d’euros de dons à des associations, mais depuis une dizaine d’années, c’est surtout à l’émergence des fondations et fonds de dotations auquel on assiste. Il faut donc songer sérieusement à s’organiser de la sorte, car notre adversaire idéologique est également en train de gagner cette bataille d’influence.

La France que nous avons aimée et connue est morte. Nous devons en faire le deuil. Cette France est morte, mais peut renaître sur les bases saines que nous ont léguées nos aïeux. Cette France est morte, mais nous sommes les héritiers de son histoire, de sa langue, de sa culture, de ses traditions, nous sommes les gardiens de son patrimoine, de ses paysages, de son art de vivre. Cette France est morte, mais il ne tient qu’à nous de la faire revivre telle une Nouvelle-France (en latin : Nova Francia ou Nova Gallia) dans son berceau géographique et historique. Pour que vive la Nouvelle-France, nous devons créer la Fondation Nova Gallia.

N’imaginez plus. Agissez. #NovaGallia

12 commentaires

  1. bonsoir et merci beaucoup pour cet article !
    que faire, concrètement ?

    • Bonjour, Pour le moment il s’agit d’une idée lancée, comme d’autres sur ce site. C’est ma contribution d’écrivain. J’espère que des gens vont s’en saisir pour la mettre en œuvre.

  2. Ce serait une bonne chose. Valable aussi en Belgique ?

    • Bonjour, Pour le moment il s’agit d’une idée lancée, comme d’autres sur ce site. C’est ma contribution d’écrivain. J’espère que des gens vont s’en saisir pour la mettre en œuvre à l’échelle d’un pays ou de l’Europe.

  3. Il faut le.faire

  4. Il y a un lien pour faire un don ?

    • Bonjour, Pour le moment il s’agit d’une idée lancée, comme d’autres sur ce site. C’est ma contribution d’écrivain. J’espère que des gens vont s’en saisir pour la mettre en œuvre.

  5. Richard Dalleau

    Bonjour Gregory, excellente idée, savez-vous par où commencer ?

    • Bonjour, Pour le moment il s’agit d’une idée lancée, comme d’autres sur ce site. C’est ma contribution d’écrivain. J’espère que des gens vont s’en saisir pour la mettre en œuvre.

  6. Oui, c’est une excellente idée. Comment on lance le projet ?

    • Bonjour, Pour le moment il s’agit d’une idée lancée, en effet, comme d’autres sur ce site. C’est ma contribution d’écrivain. J’espère que des gens vont s’en saisir pour la mettre en œuvre. On pourrait commencer par créer un collectif et chercher des fonds la première année; ensuite commencer par quelques actions pour se faire connaitre du grand public et recueillir encore plus de fonds et médiatiser davantage les actions menées et réussies.

  7. C’est une excellente idée Grégory.

Laisser un commentaire