Coronavirus : l’échec du pouvoir progressiste

C

Cet article a été lu par 314 personnes

Le pouvoir progressiste a pris un retard criminel dans la gestion de l’épidémie du coronavirus, marquant son incapacité à protéger les Français.

Gouverner, c’est prévoir. Gouverner, c’est décider. Frapper vite et fort quand la menace l’exige. Gouverner, c’est aussi et surtout protéger son peuple. Mais la macronie a préféré, dans un premier temps, prendre cette menace bactériologique à la légère, moquant l’alarmisme exubérant de la Chine et les mesures de confinement « disproportionnées » prises par l’Italie. L’ancienne ministre de la Santé déclarait, fin janvier que le risque de propagation du Coronavirus était « quasiment nul » en France. Quinze jours plus tard, alors qu’il fait son entrée en France, Agnès Buzyn abandonne le navire pour s’engager dans une course aussi vaine que désespérante à la mairie de Paris. Le 7 mars, Emmanuel Macron se rend au théâtre « pour inciter les Français à sortir malgré le coronavirus ». Une semaine plus tard, il annonce les premières mesures drastiques de confinement à l’échelle nationale. Combien de contaminations auraient pu être évitées pendant ce laps de temps  ?

Lire la suite de mon article publié (c’est la première fois !) dans The Epoch Times…

A propos de l'auteur

Grégory Roose

Écrivain et éditorialiste. J'écris des nouvelles et des récits courts. Mes livres sont disponibles ici

commentaires

Laisser un commentaire

Nouveautés LIVRES

Restons en contact

Pour rester informé de mes nouvelles publications ou me contacter directement, abonnez-vous à mes réseaux !

Je m'inscris à la newsletter !

Publications, exclusivités, événements à venir, bonus, dédicaces... Recevez toutes mes actualités en vous inscrivant à la lettre de diffusion.

Je m'inscris à la newsletter !

Publications, exclusivités, événements à venir, bonus, dédicaces... Recevez toutes mes actualités en vous inscrivant à la lettre de diffusion.