Partagez !

En inventant des causes futiles à défendre, les féministes de l’absurde évitent de s’attaquer aux véritables menaces qui pèsent sur les femmes.

Le charme des hôtesses à l’arrivée du Tour de France, c’est terminé ! Le féminisme de gauche, aussi anecdotique soit-il, réussit à s’emparer de la cause des femmes en imposant ses revendications aussi délirantes que privatives de féminité. Ce féminisme, que les médias de masse nous imposent, est une idéologie qui n’a plus de cause politiquement correcte à défendre. Les grands combats pour les droits des femmes occidentales ont été menés et remportés au XXe siècle. Droit de vote, accès aux grands corps, féminisation des « métiers d’homme », partage des tâches ménagères avec les machines et les hommes, droit de la femme à disposer librement de son corps sont désormais des acquis, et les nouvelles doctrines culturo-religieuses qui les menacent ne semblent pas émouvoir ces féministes qui les ignorent, voire pire, les encouragent. Par conséquent, ce nouveau féminisme médiatisé est privé de sa raison d’être.

Dénuées du courage dont ont fait preuve ses pionnières, les féministes de l’absurde se tournent vers des combats d’arrière-garde avec une impressionnante capacité à transformer l’anecdotique en cause nationale. Elles ont la capacité de décréter de nouvelles oppressions dont les femmes seraient soudainement victimes, s’arrogeant le droit de parler en leur nom. Ces femmes, souvent dépourvues de féminité, se plaisent ainsi à inventer des combats féministes pour mieux camoufler leur incapacité à faire face aux véritables menaces qui pèsent sur le droit des femmes : islam liberticide, multiplication des agressions sexuelles par…

Lire la suite sur Valeurs actuelles