Henri Pruvost

H

Cet article a été lu par 205 personnes

Laissez-moi vous conter la petite histoire de cette photo.

Le caporal Henri Pruvost avait 32 ans le jour de la mobilisation. Armentièrois, marié et père d’une fille de 8 ans, il sera capturé dans la poche de Dunkerque le 4 juin 1940. Déporté au Stalag II-D, à Stargard, comme prisonnier de guerre, il sera libéré 5 mars 1941. Il aura servi dans le même régiment que son père, Jules, soldat du 5e R.I tombé à Verdun en 1916.

Après la guerre, il reprendra les chemins de l’usine textile où d’ouvrier il terminera contremaître. Il ne parlais jamais de la guerre, de la captivité, des camarades tombés, déportés, fusillés. Joueur de football à la JA Armentières, il fut champion de France amateur et sera décoré de la médaille d’or de la ligue pour sa vie consacrée au football. Un matin de mars 1987, alors qu’il rentrait d’une course au supermarché, il rendra son dernier souffle, cramponné à son vélo.

Dans le silence du dernier départ, sa vieille veuve se sépara de ses archives, papiers et photos. Témoin de la scène, un enfant de dix ans supplia qu’on sauve quelques souvenirs de celui qu’il appelait affectueusement Bon Papa.

Trente-six ans plus tard, je rends hommage à mon arrière-grand-père, en ce #8mai, ainsi qu’à tous ceux qui se sont battus pour préserver la France des périls de leurs temps.

A propos de l'auteur

Grégory Roose

Écrivain et éditorialiste. J'écris des nouvelles et des récits courts. Mes livres sont disponibles ici

commentaires

Laisser un commentaire

Nouveautés LIVRES

Restons en contact

Pour rester informé de mes nouvelles publications ou me contacter directement, abonnez-vous à mes réseaux !

Je m'inscris à la newsletter !

Publications, exclusivités, événements à venir, bonus, dédicaces... Recevez toutes mes actualités en vous inscrivant à la lettre de diffusion.

Je m'inscris à la newsletter !

Publications, exclusivités, événements à venir, bonus, dédicaces... Recevez toutes mes actualités en vous inscrivant à la lettre de diffusion.