DE MACRON À MERKEL, UNE ARMÉE SI PEU EUROPÉENNE…

D

Cet article a été lu par 131 personnes

Lors de son discours devant le Parlement de Strasbourg le 13 novembre 2018, la chancelière allemande est venue prendre le relais du président français afin « d’élaborer une vision permettant d’arriver un jour à une véritable armée européenne ».

Allant plus loin, Angela Merkel a prôné « la constitution d’un conseil de sécurité européen », avec « l’abandon du principe de l’unanimité ». En soi, cette perte par la France de la maîtrise de sa Défense nationale est déjà inacceptable. Mais il y a encore plus grave.

Dans la foulée, Madame Merkel s’est empressée de préciser « qu’il ne s’agirait pas d’une armée contre l’OTAN » mais, au contraire, « d’un bon complément de l’OTAN ».

On peut dès lors imaginer le pire : une armée qui n’aurait d’européenne que le nom, soumise pleinement et exclusivement au commandement de l’OTAN, c’est-à-dire des États-Unis, et qui accepterait d’engager les hostilités avec la Russie qualifiée un peu vite de « puissance ennemie »…

Cette situation ne peut durer. Les nations européennes ne veulent pas payer le prix du retour à une guerre froide que d’aucuns voudraient rallumer.

L’Europe de Macron et Merkel : voilà le véritable danger pour la paix !

 

Gilles Lebreton

A propos de l'auteur

aurora.info

ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Nouveautés LIVRES

Restons en contact

Pour rester informé de mes nouvelles publications ou me contacter directement, abonnez-vous à mes réseaux !

Je m'inscris à la newsletter !

Publications, exclusivités, événements à venir, bonus, dédicaces... Recevez toutes mes actualités en vous inscrivant à la lettre de diffusion.

Je m'inscris à la newsletter !

Publications, exclusivités, événements à venir, bonus, dédicaces... Recevez toutes mes actualités en vous inscrivant à la lettre de diffusion.